Président de la République Gabonaise

Président de la République Gabonaise Accueil
Investir au Gabon

Communiqués

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer
18/12/2012

Conférence de presse du porte-parole de la Présidence du lundi 17 décembre 2012

ORDRE DU JOUR :

I/-DEPLACEMENT DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A DOHA AU QATAR
A/-Conférence sur le changement climatique
B/- Forum International sur le sport

II/-PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE AU SOMMET ACP DE MALABO EN GUINEE EQUATORIALE

Comme annoncé lors de la conférence de presse du 3 décembre 2012, le Chef de l’Etat a séjourné à DOHA au QATAR du 3 AU 13 décembre 2012 afin de prendre part à la Conférence sur le Changement climatique et au Forum International sur le sport.

A la fin de son séjour qatari, le Chef de l’Etat a assisté au 7ème Sommet de l’ACP qui s’est tenu à MALABO en GUINEE EQUATORIALE.

Dans l’agenda du Chef de l’Etat pour cette semaine, il faut retenir qu’il recevra tous les Chefs de Cantons de notre pays.

Il est à retenir par ailleurs que le Gabon recevra un hôte de marque, le 07 janvier 2013, en la personne du Premier Ministre Turc, Monsieur RECEP TAYYIP ERDOGAN.

I/- DEPLACEMENT DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A DOHA AU QATAR

A/-Conférence sur le changement climatique

Le Président de la République, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA a pris part, du lundi 3 au lundi 10 décembre dernier à Doha au Qatar, à la 18ème Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique.

Devant le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, l’émir du Qatar, Cheikh Hamad Bin KHALIFA Al Thani et près 190 chefs d’Etats et de Gouvernements, le Président Ali BONGO ONDIMBA a porté haut la voix du Gabon qui, depuis le sommet de la Terre tenu en 1990 à Rio de Janeiro au Brésil, est devenu un exemple mondial en matière de gestion durable des forêts et de protection de l’environnement.

Face au non-respect des engagements pris par certains Etats dans le protocole de Kyoto, notamment la question de la pollution, et qui conduit à un risque de fracture entre Nations dites ‘’grands pollueurs’’ et les autres, le Président Ali BONGO ONDIMBA a invité les pays du monde entier à dépasser leurs seuls intérêts et leurs rivalités pour faire place à une action commune, concertée et responsable qui serait la seule manière d’aborder l’avenir avec sérénité au profit de l’humanité.

Pour le Président de la République gabonaise, la menace que représentent les changements climatiques doit être une occasion majeure pour toutes les nations du monde de faire de la lutte contre les changements climatiques un choix assumé, un devoir qui s’impose à tous.

A l’ouverture de la Conférence, le Président de la République a plaidé pour le maintien du protocole de Kyoto qui selon lui, demeure le seul instrument véritable pour une gouvernance commune et un partenariat engagé par la communauté internationale dans la lutte contre les changements climatiques.

A la fin des travaux, le plaidoyer du Président Ali BONGO ONDIMBA a trouvé un écho favorable auprès des Etats participants qui ont convenu sur le fil, de la naissance de l’acte II de Kyoto qui court jusqu’en 2020, et qui constitue le seul outil engageant les pays industrialisés à réduire leurs émissions des gaz à effet de serre.

B/- Forum International sur le sport

Le Président de la République a ensuite participé au Forum International sur le sport dénommé Forum Doha Goals, sur invitation de son Altesse Cheik Hamad Bin KHALIFA AL-THANI, Emir du QATAR, initiateur de ladite rencontre.

Ce forum qui a réuni plus de deux mille de participants venus du monde entier parmi les personnalités du monde politique et sportif, les représentants de la société civile, les hommes d’affaire, les média et les étudiants,avait pour ambitions de réfléchir sur les enjeux sociaux, politiques, économiques et humanitaires du sport.

Les organisateurs de ce forum ont voulu sensibiliser les stars du sport mondial à participer au développement du sport dans les pays en développement notamment par le financement de la construction des infrastructures sportives.

Le Chef de l’Etat, prenant la parole à cette occasion, pour conclure le forum, a dit que « le sport doit contribuer à l’harmonie, à l’amitié entre les peuples » comme ce fut le cas lors de l’organisation conjointe de la CAN 2012 avec le peuple frère de la Guinée Equatoriale.

"Le sport est devenu de plus en plus un élément fédérateur des cœurs, un moment fort d’espoirs, de rêves, d’émulation, de performance et d’accomplissement individuel et collectif."

Le Chef de l’Etat a donc "plaidé pour que les Etats africains offrent des opportunités à notre jeunesse pour faire du sport un véritable moteur de développement."
Le Gabon ne se soustrait pas à cette logique d’où la promotion de la performance sportive en instituant dès la présente saison la professionnalisation du championnat national de football.

Aussi, depuis 2006, le Gabon organise chaque année, une course cycliste semi-professionnelle, la Tropicale Amissa BONGO, inscrite sur le calendrier de l’Union Cycliste Internationale.

En outre, les infrastructures acquises pour abriter la CAN 2012 sont mises au service de la jeunesse en vue de développer leurs talents, notamment en matière de football avec l’ouverture à Nzeng-Ayong de la Fondation Samuel ETO’O FILS qui accueille des jeunes de 10 à 11 ans sur la base d’une sélection rigoureuse.

Le Chef de l’Etat a mis à profit cette rencontre pour nouer des contacts avec des personnalités, experts, organismes et établissements de renommée internationale dans des domaines variés du sport dans le souci d’établir des éventuels partenariats avec notre pays.

II/- PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE AU 7èmeSOMMET ACP DE MALABO EN GUINEE EQUATORIALE

Le Président de la République, son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, à côté d’une quinzaine de ses homologues des ACP, a pris part le jeudi 13 décembre dernier à Malabo, au 7ème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement d’Afrique, Caraïbes et Pacifique.

Convoquées sous le thème : « L’avenir du Groupe ACP dans un monde en mutation : enjeux et opportunités », les discussions de Malabo ont porté sur les enjeux commerciaux, notamment les accords de partenariat économique avec l’Union Européenne, ainsi que la nature des relations ACP-UE en général quelques années avant l’expiration de l’Accord de Cotonou.

En effet, le groupe ACP est lié depuis le 23 juin 2000 à L’Union Européenne par un accord dit « Accord de Cotonou ». Entré en vigueur depuis le 1er avril 2003, cet accord avait pour objectif de rétablir les équilibres macro-économiques des Etats membres, de développer le secteur privé, d’améliorer les services sociaux, de favoriser l’intégration régionale, de promouvoir l’égalité des chances hommes-femmes, de protéger l’environnement et d’abolir de manière progressive et réciproque les entraves aux échanges commerciaux.

Cet accord arrivant à expiration en 2020, les dirigeants des ACP se sont donné rendez-vous à Malabo pour faire le bilan de cette coopération et tenter de se donner les moyens d’envisager l’avenir avec plus de sérénité.

En matière de bilan, on observe que les ACP ont eu du mal à finaliser les multiples réformes entreprises depuis plus de 30 ans pour dynamiser cette coopération. Le groupe est en effet confronté à plusieurs défis notamment la difficile création d’une zone de libre échange en raison des disparités économiques entre les régions Afrique, Caraïbes et Pacifique.

Du Côté de l’UE, on note essentiellement les difficultés que connaissent actuellement ces pays à financer les projets dans les ACP. Le Fonds Européen de Développement (FED), principal outil financier de cet accord, qui arrive à échéance en 20132 est également un souci pour les ACP.

Face donc à toutes ces questions, les Chefs d’Etat et de Gouvernement, réunis à Malabo ont proposé la mise en place d’un groupe de travail composé des personnalités de haut niveau qui sera chargé, pendant les deux prochaines années, de réfléchir sur l’avenir du partenariat ACP-UE.

Les conclusions de leur travail seront présentées aux Chefs d’Etat et de Gouvernement au prochain sommet qui aura lieu en 2014 et au cours duquel ils se prononceront sur la possibilité de poursuivre ou de mettre fin à l’Accord de Cotonou.

GABON INVEST

Visite des chantiers des structures hospitalières par le Président

Voir toutes les vidéos