Ali Bongo Ondimba - Président de la République Gabonaise

Président de la République Gabonaise Accueil
 

Les discours

  • Partager sur facebook
  • Partager sur twitter
  • Envoyer à un ami
  • imprimer
25/05/2014

Allocution de S.E.M. Ali Bongo Ondimba, Président de la République - Clôture du NYFA 2014

Follow Presidents,
Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Ladies and Gentlemen, Distinguished guests,

At the end of three highly productive and stimulating days, during which we launched the first African citizens summit and participated in the 3rd edition of the New York Forum Africa, in the name of the Gabonese people and myself, I would like to thank all of those who have contributed actively and have shared their wisdom in our effort to develop a common vision for the transformation of the African Continent.

I would like particularly to thank Paul Kagame, my friend and brother, under whose leadership Rwanda has been transformed into an shining example of strong governance and economic success; to Mrs Samba-Panza, who came to Libreville despite the security situation in her country, to mark her determination to stabilise and transform the Central African Republic; and to all the governments from Africa, Europe, America and Asia, who demonstrated their commitment to the ideal of transforming Africa by sending representatives who have participated actively in our debates.

Also a very special thanks to Vincente Fox of Mexico, Jorge Quiroga of Bolivia and Alejandro Toledo of Peru. Their willingness to share insights and perspectives from South America made a significant contribution to our discussions and highlights the value of south south collaboration.

Mesdames, Messieurs,

Distingués invités,

Le maître mot de ces trois journées d’échanges et de partage d’expériences est « Transformation ».

- Transformation des mentalités qui nécessite du courage et de la détermination pour questionner notre leadership mais aussi nos populations dans leur engagement pour une Afrique qui prend son destin en main ;

- Transformation des ressources naturelles sur le sol africain qui nécessite, et tout le monde s’y accorde désormais, la maîtrise des technologies et la mobilisation des capitaux pour assurer un développement économique durable pourvoyeur d’emplois et de produits « made in Africa ».

Ces transformations, Mesdames et Messieurs, ne peuvent aboutir que si le Travail est érigé en valeur cardinale.

Oui, ayons la lucidité de reconnaitre qu’il nous faut, pour y parvenir, apprendre à respecter la parole donnée, à respecter les délais d’exécution, à respecter les normes de fabrication et les standards internationaux.

Cela contribue aussi à l’amélioration du climat des affaires et à la compétitivité de nos économies pour une Afrique qui gagne.

De l’audace et du travail pour réussir toutes les transformations.

J’espère que la jeunesse africaine que nous avons entendue, ici, à Libreville, à l’occasion du premier sommet des citoyens africains, l’aura également compris.

Permettez-moi de dire un petit mot spécial sur la question de l’agriculture. En effet, la population africaine en plein accroissement doublera dans les prochaines décennies.

Il nous faudra pourvoir à ses besoins alimentaires tout en ayant l’ambition d’être présent sur les marchés internationaux.

Pour y parvenir, nous devrons là aussi transformer notre relation avec la Terre, notre conception du développement agricole et assurer la valorisation des produits qui en seront issus.

Mesdames et Messieurs, comme on dit « la terre ne ment pas ». Et, comme je l’ai déjà dit, elle nous rend au centuple ce que nous lui confions.

C’est pourquoi, le jeune Africain devra désormais pouvoir établir le lien structurel et fonctionnel :

- entre la cabosse de cacao qu’il voit dans la plantation de ses parents et la tablette de chocolat qu’il achète dans le commerce ;

- entre la fibre de coton et le tee-shirt ou le jean qu’il porte.

- entre le latex récolté de l’hévéa et le pneu de la voiture.

Le New York Forum Africa, comme toutes les autres rencontres de même nature sur le continent africain, ne doit pas être considéré comme un lieu de joute oratoire, une assemblée où l’on parle pour se faire plaisir, mais comme un espace de réflexion et d’échanges dynamique tourné vers l’action.

I call upon the organisers of the New York Forum Africa to draw up a list of the resolutions we have made over the last three days, so that when we come together again in 12 months' time we can evaluate our progress. To be effective, this forum must be more than just an inspirational talking shop, it must become a tool to actively manage the transformation of Africa.

At the next Forum we want to hear about the progress made by the enterprises that have signed contracts in this room; and to track the implementation of the resolutions we have drawn up together.

Just as I am accountable to the Gabonese people, all of you who have participated in the African citizen's summit and the third New York Forum Africa share a responsibility to play a role in the implementation of the common vision that has emerged over the last few days here in Libreville.

Pour terminer, je réaffirme mon engagement à poursuivre avec détermination le processus de transformation du Gabon.

Bon retour dans vos familles.

Sur ce, je déclare clos les travaux de cette troisième édition du New York Forum Africa.

Je vous remercie.

AGIR POUR LE GABON

VOS IDÉES POUR AGIR
Présidence
du Gabon